7. Anonyme hollandais ou flamand (XVIIe siècle)

Famille dans un paysage

Une variante de ce dessin se trouve à Munich, où notre feuille a longtemps été conservée1. Les deux dessins à la pierre noire et au lavis brun ont pratiquement les mêmes dimensions et une facture identique. De surcroît, le dessinateur a utilisé les mêmes éléments dans les deux compositions : une famille avec des enfants à la campagne, un chien et, à l’arrière-plan, une calèche. Dans les deux feuilles, l’artiste a cherché un moyen d’agencer les figures. Il pourrait donc s’agir d’études préliminaires à un portrait de groupe peint, présentées au commanditaire pour approbation.

Cependant, la différence de disposition des personnages – qui ne se voit pas immédiatement – soulève des doutes quant à cette visée préparatoire. Le dessin de la Fondation Custodia ne représente qu’un seul couple, tandis qu’il y en a deux dans la feuille de Munich. Il est possible que l’hypothétique commanditaire ait changé d’avis. Les feuilles pourraient aussi être considérées comme de simples exemples, deux variantes laissées au choix du client : un portrait de groupe assis (Paris) ou debout (Munich).

Plusieurs noms ont été avancés pour sa paternité. Le peintre anversois Gonzales Coques (1614-1684) a été proposé, mais non sans réserves2 car cette attribution s’appuie sur une comparaison avec ses portraits de groupe peints et non sur ses dessins3. Le nom de Daniël Mijtens (1590-1647) a été suggéré en même temps4, bien que son neveu Johannes (Jan) Mijtens (1613/1614-1670) (voir cat. 30) semble être un candidat plus plausible. Les portraits peints de cet Haguenois, comme ceux de Coques, représentent principalement des familles dans un environnement champêtre.

Le tableau Portrait d’une famille inconnue attribué à Johannes Mijtens, présente de nombreuses similitudes avec notre feuille5. Les deux enfants et le chien de ce portrait de famille, entre autres motifs, semblent directement empruntés au dessin, de même que le panorama (mais sans la calèche). Hélas, une comparaison stylistique avec l’œuvre dessiné de Mijtens, qui rassemble quantité d’attributions incertaines, ne fait pencher la balance ni dans un sens ni dans l’autre.

MvS

1Comme Gonzales Coques, Deux couples avec deux enfants, pierre noire et lavis brun, 208 × 354 mm, Staatliche Graphische Sammlung, Munich, inv. 1354 ; voir Wolfgang Wegner, Die niederländischen Handzeichnungen des 15.-18. Jahrhunderts, Berlin, Gebr. Mann Verlag, 1973, n° 505.

2Cat. exp. Londres/Paris/Bern/Bruxelles 1972, n° 19.

3Six dessins sont attribués à Coques, voir Marion Lisken-Pruss, Gonzales Coques (1614-1684). Der kleine Van Dyck, Turnhout, Brepolis, 2013, p. 327-330.

4Cat. exp. Londres/Paris/Bern/Bruxelles 1972, n° 19, note 6.

5Attribué à Johannes Mijtens, Portrait d’une famille inconnue, huile sur toile, 84 × 108 cm, Staatliches Museum Schwerin, legs de Christoph Müller, inv. G 3878 ; voir Alexandra Nina Bauer, Jan Mijtens (1613/14-1670). Leben und Werk, Petersberg, 2006, n° C69, comme École hollandaise, XVIIe siècle.