Entre Goltzius et Van Gogh. Dessins et Tableaux de la Fondation P. & N. de Boer

du 13 décembre 2014 au 8 mars 2015

Piet de Boer (1894-1974) a d’abord fait des études de biologie avant de s’intéresser à l’histoire de l’art et d’y consacrer sa vie. En 1922, il ouvre une galerie qui depuis 1927 est toujours restée établie sur le Herengracht à Amsterdam, où elle est aujourd’hui gérée par son cousin Peter et le fils de Peter, Niels. Elle possède depuis l’origine des filiales dans plusieurs villes d’Allemagne, ce qui dénote l’esprit d’entreprise de l’établissement, auquel le frère cadet de Piet, Dolf, a également collaboré. En 1928, une première exposition-vente est organisée sur la dynastie des Brueghel et son influence sur l’art des Pays-Bas. D’autres expositions pionnières suivront, notamment sur Joos de Momper et sur les natures mortes de fleurs, chaque fois accompagnée d’un catalogue rédigé par De Boer. Chemin faisant, il se constitue une impressionnante bibliothèque et parvient à rassembler une documentation particulièrement étendue sur les artistes. En plus d’être pertinentes au regard de l’histoire de l’art, ces expositions ont contribué à élargir le goût des collectionneurs et des musées dans le domaine de l’art des XVIe et XVIIe siècles. La galerie fait également commerce de dessins et dès les années 1930, forte de son engagement pour l’art moderne, elle vend des œuvres d’artistes contemporains comme Pyke Koch, Carel Willink ou Hildo Krop.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’établissement continue de prospérer et devient vite une entreprise de renom. Vers 1960, après le décès de son épouse Nellie, Piet décide de se retirer de l’affaire et de consacrer son temps à l’étude et à l’enrichissement de sa collection personnelle de peintures et de dessins qui couvre une période allant de la fin du Moyen Âge à Vincent van Gogh. En 1964, il regroupe sa collection d’art au sein de la Fondation P. et N. de Boer. Pour célébrer le 50e anniversaire de cette fondation, connue seulement d’un petit cercle d’initiés, la Fondation Custodia a pris l’initiative de présenter à Paris un large choix d’œuvres illustrant le goût très sûr du marchand-collectionneur Piet de Boer – contemporain de Frits Lugt (1884-1970) – et sa formidable intuition. C’est un véritable voyage à travers d’une vie entièrement tournée vers le marché de l’art.

Vingt tableaux sont présentés à cette occasion, parmi lesquels des œuvres de peintres maniéristes comme Hendrick Goltzius (le célèbre Portrait de Jan Govertsz van der Aar en collectionneur de coquillages et une Vanité), Cornelis Cornelisz van Haarlem (Neptune et Amphitrite), Cornelis Ketel (un portrait peint « avec les doigts, sans le moindre pinceau » comme le souligne son contemporain Van Mander) sans oublier l’extraordinaire Mars, Vénus et l’Amour de Joachim Wtewael. C’est aussi l’occasion de découvrir les belles natures mortes de Balthasar van der Ast, Ambrosius Bosschaert, Gottfried von Wedig et Frans Snijders, des paysages atmosphériques de Joos de Momper, Roelandt Savery, Hendrick Avercamp et Arent Arentsz Cabel, les beaux effets d’empâtement d’une Joyeuse compagnie dans un parc d’Esaias van de Velde et une émouvante Nature morte avec une rose, une souris et des insectes attribuée à Jan Brueghel l’Ancien.

Vincent van Gogh (1853-1890)
Champ de blé, Juin 1888
Huile sur toile, 50 × 61 cm
© Fondation P. et N. de Boer, Amsterdam

Parmi les 95 dessins exposés, les visiteurs peuvent admirer une étourdissante Adoration des mages sur papier préparé rouge du Maître de l’Adoration du Liechtenstein, une ardente représentation du Toucher de Hendrick Goltzius, cinq feuilles virtuoses de Jacques de Gheyn, dont une représentation exceptionnellement bien conservée de Héraclite et Démocrite pleurant et riant sur le monde, et la vision sanglante d’une Tête de veau écorchée datant de 1599. Plus paisible mais non moins chargée d’allusions à la fugacité de l’existence, la subtile gouache sur vélin représentant un Vase de fleurs entouré de fruits et d’insectes réalisée par Jacob Hoefnagel en 1629. De la fin des années 1630 date également l’esquisse très enlevée de Joseph hissé du puits par ses frères par Rembrandt, qui, en raison d’un différend sur sa provenance, a été restituée par la Fondation P. et N. de Boer aux héritiers d’une famille spoliée pendant la guerre. La feuille appartient aujourd’hui à une collection privée mais est présentée à l’exposition. Piet de Boer avait une prédilection pour les paysages, du plus grandiose au plus intime, dont on voit quelques exemples éloquents et notamment de la main d’artistes hollandais du XVIIIe siècle comme Paul-Constantin la Fargue et Jacob Cats. Cette manifestation permet ainsi de découvrir un choix de dessins des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles sélectionnés dans un ensemble de près de 400 feuilles, parmi lesquels de nombreuses œuvres rarement montrées ou n’ayant jamais fait l’objet d’une publication.

Une salle spéciale est dédiée à Vincent van Gogh : cinq dessins, parmi lesquels l’iconique Worn out, image d’un homme en proie au plus profond désespoir le portrait de grandes dimensions d’un Paysan bêchant qui témoigne de la compassion du peintre pour le sort misérable des travailleurs agricoles et le Moulin de Blute-fin réalisé pendant son séjour à Paris. Parmi les tableaux, on admire particulièrement la vision d’un Champ de blé aux couleurs vibrantes peint à Arles en juin 1888. Contrairement à de nombreux autres marchands d’art ancien, Piet de Boer cherchait à établir de judicieuses correspondances avec l’art contemporain et s’intéressait beaucoup à la peinture classique moderne, dont Van Gogh restait pour lui le plus passionnant représentant.

L’exposition s’accompagne de la publication d’un catalogue auquel participent différents spécialistes. Chacun d’eux éclaire d’un regard nouveau les œuvres choisies, dont beaucoup n’avaient encore jamais été étudiées par les historiens d’art. Les œuvres exposées sont reproduites en couleurs et enrichies d’illustrations comparatives. Un texte d’introduction retrace également l’histoire de la galerie P. de Boer et de la Fondation P. et N. de Boer.

Certains tableaux et dessins ont été montrés par le passé mais aucune exposition, depuis celle organisée au Singer Museum de Laren en 1966, n’avait encore présenté un ensemble d’œuvres aussi significatif et représentatif de cette remarquable collection. Établir cette sélection a été la source d’un plaisir intense mais pas toujours facile à cause de l’embarras du choix. L’exposition est autant la célébration d’un parcours hors normes que l’occasion d’un merveilleux étonnement.

Catalogue

Goltzius to Van Gogh. Drawings and Paintings from the P. & N. de Boer Foundation
Fondation Custodia, Paris et THOTH Publishers, Bussum, 2014
277 pp, 24 × 30 cm, ca. 235 pl., relié
ISBN 978 90 6868 668 5
Prix : 49,50 €

Pour commander cet ouvrage, merci de compléter le formulaire ci-dessous. Une facture vous sera envoyée dans les meilleurs délais, incluant les frais d’expédition. Le réglement se fera alors par chèque (pour la France) ou par virement bancaire (pour l’étranger).