8. Rob et Nick Carter (d’après Ambrosius Bosschaert le Jeune)

Transforming Vanitas Painting, 2012-2013

La petite huile sur cuivre d’Ambrosius Bosschaert le Jeune (1609-1645), acquise par Frits Lugt en 1918, est une rareté dans l’œuvre du peintre1. Spécialiste des natures mortes de fleurs et fruits, comme son père avant lui, Bosschaert est aussi l’auteur de quelques vanités, répertoire au sein duquel il nous faut placer cette représentation particulièrement réaliste d’une grenouille morte. Si le sujet demeure un cas unique dans l’œuvre peint de l’artiste, il s’inscrit dans une tradition antérieure d’études d’insectes, de coquillages et de petits animaux, comme celles qui firent la renommée de Joris (1542-1600) et Jacob Hoefnagel (1573-1632) à la fin du XVIe siècle. L’œuvre de Bosschaert est donc une description méticuleuse du réel, à laquelle le peintre confère la tonalité d’un memento mori. En effet, la posture anthropomorphe de l’animal, étendu sur le dos, rappelle au spectateur le sort qui sera bientôt le sien. Bosschaert saisit certes un instantané, mais suggère aussi le moment qui précède – les pattes semblent tressaillir dans une ultime convulsion – et celui qui suit – les mouches s’approchent, prêtes à se nourrir du corps du batracien.

C’est précisément cette dimension de l’œuvre qui a inspiré le couple d’artistes londoniens Rob et Nick Carter. Pour leur série Transforming, ils réinterprètent depuis 2013 les tableaux ou dessins de maîtres anciens et modernes dans des animations vidéo qui transforment des images fixes en longs processus de mutation. Dans le cas de Transforming Vanitas Painting, ils ont choisi de montrer les instants précédant la mort de l’animal, avant de dérouler, au long des trois heures du film, le lent ballet des mouches accomplissant leur tâche macabre, jusqu’à ce qu’il ne reste plus de la grenouille qu’un squelette. Cette œuvre est à mettre en lien avec d’autres œuvres vidéo des artistes explorant une thématique similaire – la métamorphose de matières vivantes – tels que Transforming Flowers in a Vase (2016)2 et Transforming Still Life Painting II (2016)3.

L’animation du processus de décomposition de la grenouille, minutieusement scénarisé, a requis une étude approfondie de la part des artistes et de leur équipe4, chacun des organes devant en effet être restitué dans toute sa vérité anatomique. Pour leurs travaux d’après des tableaux anciens, Rob et Nick Carter partent d’une image en ultra haute définition de l’œuvre et utilisent les techniques de création d’images de synthèse les plus avancées afin de restituer fidèlement la texture originelle de la peinture, jusqu’au moindre coup de pinceau. Ce sont donc de véritables tableaux vivants, qu’ils qualifient de « vanités du XXIe siècle », ou encore de « natures mortes digitales ». Il faut y voir en cela un hommage rendu aux maîtres hollandais de la nature morte et au réalisme stupéfiant qu’ils obtenaient dans leurs tableaux, à force d’observation d’après nature et de technique5.

En adaptant un tableau ancien aux nouveaux modes de contemplation des images, par le biais de l’écran et de l’animation, les artistes entendent enfin inciter les visiteurs des musées à s’arrêter plus longuement sur les œuvres pour comprendre ce qui s’y déroule6. MNG

1Paris, Fondation Custodia, inv. 182 (huile sur cuivre ; 125 × 175 mm) ; Ger Luijten et al., Un Univers intime, cat. exp. en ligne, Paris, Institut Néerlandais, 2012, cat. n° 22 ; http://www.fondationcustodia.fr/ununiversintime/index.cfm.

2D’après Rachel Ruysch (1664-1750), Fleurs dans un vase, vers 1685, Londres, The National Gallery, inv. NG6425 (huile sur toile ; 57 × 43,5 cm) ; http://www.robandnick.com/rn1064-transforming-flowers-in-a-vase.

3D’après Willem van Aelst (1627-1683), Nature morte avec une bougie, des noisettes et une souris, 1647, collection particulière (huile sur cuivre, 19 × 25 cm) ; http://www.robandnick.com/rn1021-transforming-still-life-painting-ii

4Les artistes ont collaboré avec 25 animateurs du studio britannique Moving Picture Company ; Florence Waters, « Dead frog painting that rots before your eyes », The Telegraph, 6 mars 2013.

5« They tried very hard to create something that feels so tangible that you could almost touch it. Hopefully we’ve continued with something that they worked hard to start ». Nick Carter, citée par Florence Waters, ibid..

6Ilona van Tuinen, « Nouvelle acquisition : La Grenouille morte d’Ambrosius Bosschaert transformée en animation vidéo par le couple d’artistes Rob et Nick Carter », E-News Fondation Custodia, n° 8, 2015, p. 25.