39. Rembrandt Harmensz. van Rijn

Leyde 1606 – 1669 Amsterdam

Femme portant un enfant sur ses genoux, vers 1645-1650

Le motif de la femme et de l’enfant a beaucoup intéressé Rembrandt. On le retrouve dans de nombreuses feuilles, surtout entre 1630 et 1640, qui capturent en quelques traits la relation d’intimité entre un bébé et sa mère, sa nourrice ou la bonne1. Ce genre d’esquisses occupe ainsi une grande part de son œuvre dessiné. L’inventaire de 1680 du peintre et collectionneur Jan van de Cappelle (1626-1679) fait mention d’un album rassemblant plus de 135 dessins de Rembrandt relatifs à la « vie des femmes avec les enfants »2. Van de Cappelle en avait fait l’acquisition, avec de nombreux autres dessins du maître, à la vente publique de ses biens en 16563. Cette feuille pourrait avoir fait partie de cet album que Rembrandt avait certainement classé lui-même.

Rembrandt dessina souvent des activités spécifiques comme nourrir les enfants4, leur apprendre à marcher (voir cat. 38) ou jouer avec eux5. Le moment choisi ici est particulièrement doux et paisible. L’enfant est blotti dans les bras de la femme. Le garçonnet ou la fillette tient ses deux mains devant sa bouche, peut-être pour suçoter ses doigts, tout en regardant l’artiste avec de grands yeux – le blanc est explicitement indiqué6. Un regard attentif qui touche le spectateur.

Cependant, ce dessin est davantage qu’une image attachante. Il donne également une bonne idée de la méthode de travail de Rembrandt dessinateur. Celui-ci a probablement commencé par tracer la figure de la femme, mais il s’est rendu compte – une fois arrivé à l’enfant – que la distance entre leurs têtes était trop grande7. Il a alors abaissé le visage de la femme et corrigé les premiers traits à l’aide de ses doigts ou d’un pinceau sec. Il a également renforcé les contours de la seconde tête en les repassant à la plume, sans la détailler davantage8.

MvS

1Colin B. Bailey et Magnus Olausson et al., Treasures from the Nationalmuseum of Sweden. The Collections of Count Tessin, cat. exp., New York, The Morgan Library & Museum, 2017, n° 53.

2« sijnde het vrouwenleven met kinderen van Rembrandt. »

3Cat. exp. Paris 2004, p. 168.

4Par exemple le dessin double face à Stockholm (Nationalmuseum, inv. n° NMH 2039/1863), Deux études de femmes avec enfants, milieu des années 1640, plume et encre brune, lavis bruns, 165 × 167 mm.

5Dans un dessin de la Fondation Custodia, Paris, femme et enfant jouent à cache-cache : Trois études d’une femme avec un enfant dans ses bras, 1630-1640, plume, encre brune et traces de frottement avec le doigt, 187 × 153 mm, inv. 4904.

6Schatborn 2010, p. 55.

7Van Berge-Gerbaud 1997, p. 31.

8Schatborn 2010, p. 55.