26. Francis Dodd

Holyhood 1874 – 1949 Blackheath

Looking at a Picture (Portrait d’Isabel Dacre), 1907

Le peintre et graveur britannique Francis Dodd était un portraitiste particulièrement talentueux1. Il savait non seulement capturer la physionomie de ses sujets, mais aussi leur caractère. Parmi les portraits exécutés par l’artiste à l’eau-forte et à la pointe sèche, ceux de ses amis artistes comptent comme ses meilleurs2.

La pointe sèche Looking at a Picture est un portrait intime de l’artiste Susan Isabel Dacre (1844-1933)3. Isabel Dacre, parfois appelé « Aunt Susan », était une amie et collaboratrice de Dodd4. Ils travaillèrent étroitement ensemble, d’abord à Manchester, puis à Londres, entre 1897 et 1911, quand ce dernier s’est marié5. Dacre, plus âgée que Dodd, a beaucoup encouragé le jeune homme. Celui-ci l’a représentée plusieurs fois ; on la reconnaît notamment dans nombre de ses tableaux, dessins et estampes.

Ici, nous la voyons assise en train de regarder une œuvre encadrée, posée sur une chaise. Elle est tellement absorbée dans l’étude de la feuille qu’elle semble oublier le monde qui l’entoure, ce qui confère une intensité captivante à la scène. La pose détendue du sujet, son regard vif, sont caractéristiques du travail de Dodd, qui aimait particulièrement représenter ses modèles dans un moment de contemplation. Isabel Dacre porte des habits de deuil avec un chapeau large, le voile rabattu en arrière, tout comme sur une autre pointe sèche réalisée deux ans plus tard, The Garden Door6.

Dodd fait partie de la seconde génération des artistes de l’Etching Revival (renouveau de l’eau-forte) au Royaume-Uni. Ce mouvement, né dans la deuxième moitié du XIXe siècle, souhaitait remettre à l’honneur l’estampe originale. Rembrandt fut alors pour ces artistes le grand exemple à suivre, pour sa maîtrise de la technique, mais aussi pour ses expérimentations avec différents papiers et encrages.

Dodd, qui s’était d’abord spécialisé en tant que peintre, exécute une première pointe sèche en 1898, bien que sa production d’estampes ne débute vraiment qu’en 1907, date de notre œuvre. L’artiste a souvent eu recours à cette technique, qui consiste à tailler directement des lignes dans la matrice avec une pointe fine. Cette manière spontanée lui a permis de réaliser ces portraits très libres, d’autant plus que Dodd finissait souvent ses estampes en travaillant directement la plaque d’après le modèle7.

Cet exemplaire de Looking at a Picture porte le numéro neuf. Dodd, qui avait l’habitude de ne faire que peu de tirages, n’aurait tiré que dix impressions de la plaque. En effet, la technique de la pointe sèche ne permet qu’un nombre limité d’impressions, à cause de l’usure rapide, au fil des passages sous presse, des sillons fins et peu profonds tracés dans le métal. Dodd a ici tiré le meilleur parti des barbes – particules de métal déposées à côté du sillon et qui retiennent l’encre, caractéristiques du passage de la pointe sèche – pour évoquer la texture des vêtements de deuil d’Isabel Dacre et donner un aspect velouté à l’ensemble. RSB

1Pour l’artiste, voir Randolph Schwabe, « Francis Dodd », Print Collector’s Quarterly, XIII, 1926, n° 3, pp. 248-272, et « List of Plates by Francis Dodd », ibid., p. 369-375 ; Kenneth M. Guichard, British Etchers 1850-1940, Londres, 1977, p. 36 ; Robin Garton, Rodney Engen et Kemille Moore, British Printmakers 1855-1955. A century of printmaking from the Etching Revival to St Ives, Devizes, 1997, p. 22 ; Alan Windsor, Handbook of Modern British Painting and Printmaking 1900-1990, deuxième édition, Aldershot, 1998, p. 92 ; Alan Windsor, « Dodd, Francis H. », dans Allgemeines Künstler-Lexikon. Die Bildenden Künstler aller Zeiten und Völker, vol. 28, Munich et Leipzig, 2001, p. 199-200 ; Brian Reade, « Dodd, Francis Edgar », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004 (édition en ligne) ; http://www.oxforddnb.com/index/32/101032847 (consultée le 29 septembre 2017).

2Pour une liste des estampes, voir Schwabe 1926, op. cit. (note 1), p. 369-375.

3Annegret Rittmann, « Dacre, Susan Isabel », dans Allgemeines Künstler-Lexikon. Die Bildenden Künstler aller Zeiten und Völker, vol. 23, Munich et Leipzig, 2001, p. 349 ; Elizabeth Crawford, The Women’s Suffrage Movement : A Reference Guide 1866-1928, Londres, 2003, p. 156-157 ; Sara Gray, Dictionary of British Women Artists, Cambridge, 2009, p. 86.

4Sur leur amitié voir Schwabe 1926, op. cit. (note 1), p. 248-272 ; et Reade 2004, op. cit. (note 2).

5Le 8 avril 1911, Dodd a épousé Mary Arabella Brouncker Ingle (1871/72-1948).

6Schwabe 1926, op. cit. (note 1), no 44.

7Ibid., p. 260.

8Il existe deux états de l’estampe selon Schwabe 1926, op. cit. (note 1), no 14, mais celui-ci ne donne pas leur description. Un exemplaire de chaque état est conservé à Oxford, Ashmolean Museum, inv. WA1948.43.38 (pour le premier état) et WA1948.43.39 (pour le deuxième état). Grâce à une comparaison entre les deux, nous savons que le premier état est une impression d’essai de la planche non terminée (e-mail du Dr Caroline Palmer, du 20 septembre 2017).