Information sur nos expositions en cours et à venir

Face à la situation exceptionnelle liée à l’épidémie de Covid19, nous avons fermé temporairement la Fondation Custodia et l’accès à nos expositions. Studi & Schizzi. Dessiner la figure en Italie 1450-1700, Anna Metz. Eaux-fortes et Siemen Dijkstra. À bois perdu avaient débuté le 15 février et ont – en un mois d’ouverture – attiré de nombreux visiteurs. Notre intention est de rouvrir les expositions du 7 juillet au 6 septembre 2020, si les conditions sanitaires le permettent et dans le respect des mesures barrière.

En attendant, nous avons mis en ligne le catalogue de l’exposition Studi & Schizzi. L’exposition présente une sélection des dessins italiens que nous conservons et qui furent collectionnés en grande partie par Frits Lugt, en l’espace d’un demi-siècle seulement.

Nous attirons votre attention sur le fait que parallèlement à cette exposition, nous avons lancé la base de données des collections en ligne, offrant ainsi aux internautes du monde entier l’accès à l’intégralité des 600 feuilles italiennes conservées en nos murs.


Les deux expositions initialement prévues cet été (du 13 juin au 13 septembre 2020), seront reportées à des dates ultérieures.

Sur le motif. Peindre en plein air 1780-1870 est organisée en partenariat avec la National Gallery of Art, Washington, où elle a débutée le 2 février dernier mais a dû fermer ses portes mi-mars, et avec le Fitzwilliam Museum, Cambridge, où elle devait ouvrir en octobre 2020.

À travers une centaine d’œuvres provenant de ces trois institutions et d’une collection privée, cette exposition propose un regard neuf sur la peinture de paysage en plein air entre 1780 et 1870. L’exposition révèle l’immense habileté des artistes à saisir sur le vif, et sur le motif, une image de la nature dans sa beauté ou sa singularité. Ainsi, les œuvres de Constable, Turner, Valenciennes, Michallon, Corot, Eckersberg, Lundbye, Kyhn, Von Rohden, Frey – et bien d’autres –, sont classées selon les motifs étudiés : les arbres, les rochers, l’eau sous toutes ses formes, les effets de ciel, mais aussi la campagne romaine et les volcans de la péninsule.

Léon Bonvin (1834-1866). Une poésie du réel présentera l’œuvre de ce dessinateur et aquarelliste de talent, qui puisa ses motifs dans son univers immédiat : intérieurs et scènes de l’auberge, natures mortes de cuisine, bouquets de fleurs des champs, paysages de la plaine encore rurale de Vaugirard. Moins connu que son demi-frère François – une figure emblématique de l’art réaliste en France –, Léon Bonvin fut contraint de reprendre l’auberge paternelle à Vaugirard et mit fin à ses jours à l’âge de 31 ans. Malgré son destin tragique et la faible reconnaissance dont il jouit de son vivant, il n’abandonna jamais sa passion pour l’art. L’exposition de la Fondation Custodia sera une occasion unique de découvrir les œuvres de Léon Bonvin, qui sont aujourd’hui dispersées dans de prestigieuses collections privées ou publiques à travers le monde.

Nous nous concertons actuellement avec nos partenaires américain et anglais, ainsi qu’avec les prêteurs de l’exposition Bonvin, afin d’établir un nouveau calendrier des expositions. En effet, l’incertitude quant à la date de réouverture des musées et à l’(im)possibilité de planifier des vols internationaux, nous oblige de revoir notre programmation de cette année, et sans aucun doute de celles à venir.


Concernant les expositions que vous avez pu voir à la Fondation Custodia fin 2019 : Willem Bastiaan Tholen (1860-1931), un impressionniste néerlandais et Palézieux (1919-2012). Œuvres sur papier, celles-ci ont temporairement dû être interrompues chez nos partenaires, mais seront également prolongées pendant l’été, respectivement au Dordrechts Museum aux Pays-Bas et au Musée Jenisch à Vevey en Suisse.


Nous restons à votre disposition par mail et en attendant de nous retrouver au 121 rue de Lille, suivez-nous sur Facebook, Twitter ou Instagram, où nous partageons en ce moment nos œuvres favorites de la collection, choisies par les membres de l’équipe.